26 juin 2015

GTA V

Ah ! GTA V... Un jeu culte ! Un incontournable ! À acheter absolument !
Ces phrases ne sont pas les miennes, c'est un échantillon de ce que j'ai pu lire dans la presse spécialisée ou entendre prononcer par des critiques réputés.

J'ai quelques reproches à faire au jeu mais il n'est mauvais et j'ai eu ce à quoi je m'attendais. Pourtant, avec toutes ces reviews aussi élogieuses, je n'ai pas pu m’empêcher d'en espérer un peu plus, qu'on me propose quelque chose d’inattendu, une expérience qui transcende le genre. Mais ça n'est pas arrivé et je suis vraiment en colère contre ces journalistes qui se comportent comme de vulgaires fan boys devant le blockbuster de Rockstar et poussent à l'achat sans réserve. Certains critiques ont bien baissé dans mon estime.

GTA 5 : Trevor

Une ville immense

Je l'ai acheté néanmoins, pas à cause de ces critiques, mais parce que j'avais envie d'un titre reposant, fun et pas prise de tête pour m'occuper ainsi que pour tester les graphismes sur mon nouveau PC. J'ai obtenu ce que j'attendais, à savoir la même chose que les autres GTA : un jeu se déroulant dans un monde ouvert, une ville absolument gigantesque et superbement modélisée, des tonnes de véhicules à conduire et de plein de missions pas vraiment morales. C'est un jeu qui donne la part belle aux courses de voitures, très réussies, mais aussi aux combats avec des armes à feux, beaucoup moins réussis.

C'est également un jeu très scénarisé avec des tonnes de dialogues, de cinématiques et une histoire qui passe du bon au répétitif et qui se termine sur une fin complètement décevante. La mission incroyable qu'on nous annonce depuis le début est l'une des plus faciles, il ne se passe rien, et les conflits avec les dangereux personnages qui nous ont manipulés durant toute l'histoire sont réglés de la façon la plus ridicule imaginable. Bref, passé la moitié du jeu, l'histoire ne nous propose plus de surprise et la tension retombe comme un gros soufflé. J'avoue que je n'ai vu "l'écriture fabuleuse" décrit par les critiques. Nos 3 avatars répètent tout le temps les mêmes choses, ils ne font que s'engueuler pendant toute l'histoire et les personnages secondaires peuvent être résumés en 2 phrases tellement ils sont creux.

Un assemblage de mini-jeux

Un des points positifs que j'ai pu lire sur GTA V, c'est que l'on pouvait tout faire. Les développeurs ont effectivement eu un énorme soucis du détail et ils ont voulu proposer un maximum d'éléments dans leur jeu. On se retrouve donc avec des choses incroyables comme un téléphone entièrement fonctionnel avec des tonnes de pages web ou de films vraiment longs à regarder. Il y a également des mini-jeux tels que le golf ou le tennis...

Tout ça est formidable, ça rend le monde très vivant, mais tous ces bonus ou mini-jeux ne sont amusants qu'une seule fois quand on les découvre. C'est très gadget, et je n'ai d'ailleurs pas regardé un seul film en entier, je préférais retourner au jeu pour conduire ou faire avancer l'histoire.

Il existe également des tonnes de choses inutiles, comme les statistiques des personnages qu'on peut faire évoluer mais qui n'ont pas l'air de vraiment affecter le gameplay. Pareil pour les braqueurs que l'on peut choisir, je n'ai pas réellement vu l'influence de mes choix par la suite et de toutes façons on peut bien prendre les plus chers, l'argent ne sert à rien. On peut customiser les voitures... mais à quoi bon, vu qu'on en change toute les 5 minutes et qu'il est assez difficile de conserver une voiture qui nous plait. Le jeu nous force d'ailleurs à garder les voitures par défaut des personnages et il est impossible de s'en débarrasser, on les retrouvera toujours devant leur maison quoi que l'on fasse.

Open world sur des rails

GTA V est un jeu plein de contradictions et la plus grande d'entre elle est qu'il prétend nous proposer une liberté totale mais nous sommes bien souvent sur des rails. Les missions sont en effet très scriptées et il est impossible de trop s'éloigner du chemin prévu sous peine de voir cet horrible écran de game over. De la même façon, impossible de prendre certains véhicules sans déclencher des missions automatiques et obligatoires, je pense notamment à l'aéroport que l'on peut acheter sans pouvoir utiliser l'avion.

Dans la même idée, vous avez probablement lu que l'on incarne 3 personnages et que l'on peut passer de l'un à l'autre à tout moment... du moins quand le jeu l'a prévu. En pratique, ça ne sert à rien car les personnages interagiront entre eux seulement durant des missions scriptées. Durant les scènes où ils sont réunis, il est possible de passer d'un protagoniste à l'autre mais ce sera bien souvent gadget. Le jeu vous forcera à changer au moment prévu pour faire apparaître les ennemis et ainsi progresser dans la mission. A l'inverse, il est parfois impossible de changer de personnage en mission. Si le jeu a décidé que Michael conduirait, ça sera comme ça et pas autrement.

En dehors de ça, il est bien possible de téléphoner à l'un de nos allié mais cela sert juste à se promener et écouter quelques dialogues. Impossible de résoudre les missions de façon un peu créative ou de planifier ses actions en postant à l'avance ses hommes et en préparant des véhicules. D'ailleurs, comme dans tous les GTA, les voitures disparaissent à une vitesse hallucinante dès que l'on tourne les yeux.

Globalement, GTA V ne propose aucune liberté. C'est une suite de mini-jeux très scriptés ou vous devez faire ce qu'on vous demande de la façon prévu par les développeurs. Le pire étant les poursuites en voitures : vous pouvez essayer de tirer sur la voiture que vous poursuivez, ça ne fait rien. Si vous conduisez bien et que vous arrivez à vous rapprocher, la voiture va taper un grand coup d’accélérateur pour reprendre de la distance. Du coup, l'illusion disparaît très vite lorsque l'on s'en rend compte et la sensation de liberté est remplacé par un profond sentiment d'impuissance. On ne sent plus joueur, mais simple observateur du spectacle qui nous est proposé.

Conclusion

GTA V est bon épisode de GTA qui se déroule dans une ville immense, magnifique avec un incroyable soin apporté aux détails. Mais ce n'est pas un jeu qui m'a fait vivre de grandes émotions, c'est juste un spectacle, un divertissement facile d'accès tel un blockbuster hollywoodien.

Contrairement à nos amis journalistes, je ne vous conseillerai donc pas de l'acheter si vous n'êtes pas fan de la série. Si vous aimez GTA, cet épisode vous plaira sans aucun doute. Pour ma part, ce n'est pas le jeu parfait annoncé mais plutôt un jeu AAA de plus, une énorme scène cinématique entrecoupés par des mini-jeux.

2 commentaires pour “GTA V

  1. Nymay dit :

    Hello. Je suis d'accord avec toi, le jeu est en fait décevant de ce point de vue. C'est dommage car l'aura qu'a gagné ce jeu et qui ne fait dire aux journalistes (et même à Canard PC (!) : un 10/10) que des éloges donne vraiment envie de l'acheter. Pourtant ça m'avais frappé aussi, pendant la plupart des vidéos là-dessus, le script à obéir au maximum... Mais après, on remarque que sa se fait aussi sur les autres "grands" titres se disant open-world au maximum : Watch_Dogs, Destiny, etc... Si sa se trouve, on ne peut pas faire autrement? (Eh, mais si.)
    Bon, sinon j'aime bien ton nouveau procédé d'écriture, et j'en profite pour te conseiller un jeu que j'ai adoré, Monaco. C'est un jeu qu'un ami m'avait proposé et j'étais assez sceptique, mais finalement il est mieux qu'excellent (infiltration en 2D vue du dessus, il est incroyable en coopération à tel point que certains le disent le meilleur dans cette catégorie).
    Après, j'ai bien d'autres noms, comme Risk of Rain, Dongeon of the Endless ou Nuclear Throne, mais je vais te laisser.
    À plus tard!

  2. Skritz dit :

    J'avoue que je pensais un peu à Canard PC oui...

    Je note pour Monaco, je suis passé à coté de plusieurs occasions de l'acheter pour vraiment pas cher, mais ça ne me faisait pas trop envie. Mais les bons jeux coop sont rares, donc je verrais ça.

Laisser un commentaire