11 janvier 2020

A Plague Tale: Innocence

Un jeu se déroulant au XIVe siècle en plein milieu de la guerre et d'une épidémie de peste. On y incarne une jeune fille coupée de sa famille et devant survivre et s'occuper de son jeune frère poursuivi par l'inquisition.

Une partie du gameplay est composé de phases d'infiltration. Elles sont plutôt simplistes, mais elles fonctionnent bien. Le reste du temps est composé de phases narratives plutôt horrifiques, de petits puzzles et d'un brin d'action. Graphiquement, c'est très chouette. L'histoire est assez moyenne, mais elle est sauvée par des personnages intéressants et attachants.

Ce jeu me fait pas mal penser à Hellblade dans le sens ou il possède un peu les mêmes qualités et les mêmes défauts. Le principal était que beaucoup trop de choses sont trop "gamifiés". On se promène uniquement dans des couloirs très linéaires et des scripts assez évidents attendent notre intervention.

Mais ce qui m'a le plus dérangé, c'est cette gestion des objets : on a constamment besoin de chercher des matériaux pour refaire nos stocks de munitions ou améliorer notre équipement. Pour moi, c'est vraiment un truc qui casse l'ambiance et qui me rappelle constamment que je suis dans un jeu vidéo. On ne peut pas décemment me demander de m'inquiéter pour mes personnages luttant pour leur survie tandis que le gameplay m'incite à faire des détours pour fouiller tous les recoins... Je pense qu'un peu plus de minimalisme ne ferait pas de mal à certains jeux.

11 janvier 2020

Do Not Feed the Monkeys

Il était dans ma liste des souhaits depuis des mois et je ne sais plus pourquoi je l'avais ajouté. J'ai donc acheté ce jeu en promo, sans me rappeler de quoi il s'agissait.

Au final, c'est un jeu à la Papers Please, c'est à dire assez minimaliste et qui se déroule dans un lieu unique en nous confiant une tâche bien précise. Dans Do Not Feed The Monkeys, nous avons donc la possibilité d'assouvir nos fantasmes de voyeurs. On rejoint en effet une sorte de club un peu mystérieux et soit-disant très strict. Celui-ci nous donne accès à des caméras de surveillances placées un peu partout... Chez des gens, dans un champ, devant un micro-ondes...

On ne nous donne pas vraiment d'instruction et il faudra donc surveiller les individus pour obtenir des informations en utilisant leurs dialogues et un moteur de recherche. On devra également gérer notre faim, notre fatigue et notre argent, ce qui va nous obliger à faire des choix et nous empêcher d'être à 100% du temps dans la surveillance et potentiellement rater des choses. Tous ces écrans sont donc autant de petits puzzles à résoudre afin de comprendre pourquoi la caméra a été placée ici et qui sont les gens que l'on observe. C'est ici que l'on pourra trouver une grande partie de l’intérêt du jeu, chaque écran représentant potentiellement une petite histoire parfois drôle, parfois loufoque, parfois tragique.

J'ai beaucoup aimé ce jeu, c'est simple tout en demandant une grosse attention et les écrans que l'on débloque sont aléatoires ce qui donne au jeu une certaine rejouabilité. Il faudra bien le terminer 2 ou 3 fois (une partie dure moins de 2 heures) pour en faire le tour et il existe plusieurs fins possibles.

21 novembre 2019

Neo Cab

J'ai l'impression qu'il pourrait être pertinent d'inventer un sous-genre comme ça a été fait pour les "walking simulator". On pourrait appeler ces jeux des "simulateurs de discussions pendant que l'on travaille". C'est peut-être un long, mais c'est assez pertinent, car voici encore une fois un jeu narratif qui emprunte ce chemin. En effet, à l'instar de The Red Strings Club ou de VA-11 Hall-A, Neo Cab nous propose d'incarner une chauffeuse de taxi et de dialoguer avec les clients. Lire la suite

Neo Cab
9 octobre 2019

She Sees Red

Voici un petit jeu qui promettait d'être intéressant. Il s'agit en gros d'un film interactif. Le "gameplay", si on peut l'appeler ainsi, est minimaliste et il faut simplement choisir entre 2 possibilités à certains moments. Pour ceux qui l'ont essayé, c'est exactement le même concept que "Black Mirror: Bandersnatch" sur Netflix.

Concernant l'histoire, elle se passe dans un univers contemporain. On enquête sur un crime dans une boite de nuit tout en jouant également les actions du meurtrier lors des flashbacks. Les acteurs sont un peu inégaux mais corrects, le jeu est sous titré en français bien qu'il y ait quelques erreurs. Tout cela n'est pas extraordinaire mais un jeu à ce prix, c'est tout à fait convenable.

L'histoire dispose de quelques twists et il faut explorer plusieurs choix pour les découvrir. C'est là que le concept atteint un peu ses limites. En effet, on arrive à la fin assez vite (30 minutes environ) mais rejouer entièrement le film est assez répétitif car on ne peut jamais sauter les cinématiques déjà vues. (edit :  un patch a récemment ajouté cette possibilité). Les 2 premières boucles sont donc assez agréables mais je me suis vite lassé par les possibilités qui manquent un peu de variété et je n'ai pas cherché à tout débloquer.

En résumé : un petit jeu sympa qui fait passer 1 heure agréable mais qui est trop limité à mon avis. D'autant plus que le scénario n'est pas suffisamment solide ou original pour justifier l'achat à lui seul.

 

3 octobre 2019

Zero Escape : Zero Time Dilemma

Zero Time Dilemma est le 3e et dernier épisode de la trilogie Zero Escape. Si les précédents épisodes sont jouables indépendamment, celui-ci est avant tout destiné aux personnes ayant terminées 999 et Virtue Last Reward. On y retrouve en effet plusieurs personnages bien connus et l'histoire vient conclure celle du second opus qui s'était quelque peu terminée sur un cliffhanger. Lire la suite

Zero Escape : Zero Time Dilemma
13 août 2019

Katana ZERO

Devolver Digital est une société qui possède une solide réputation en matière de publication de jeux vidéos indépendants de qualité. Katana Zero est l'une des dernières perles qu'ils ont dénichés et il rappelle fortement l'un de leur titre phare : Hotline Miami, ce qui n'est pas pour me déplaire... Lire la suite

Katana ZERO
30 juillet 2019

AER Memories of Old

A ranger clairement dans la catégorie des jeux "détente" de part son gameplay calme et contemplatif. La particularité de AER est de proposer un monde ouvert et de nous donner la possibilité de voler ! On s'amusera donc à explorer tout en planant doucement ou au contraire à prendre de la vitesse en plongeant ou en suivant les courants d'airs le mieux possible.

Il y a quelques donjons, dans lesquels on est obligé de marcher, ce qui est assez frustrant. AER propose aussi quelque "énigmes"... Et encore, j'utilise ce terme de façon un peu exagérée car elles sont parfois presque insultantes. Tourner un objet jusqu'à ce que la forme lumineuse corresponde à celle peinte derrière, est-ce vraiment une énigme ? En tout les cas, on ne pourra pas se plaindre de la difficulté trop élevée !

La partie exploration est la plus intéressante. Il y a un peu de plateforme et un peu d'orientation. Rien de fou non plus mais les décors sont parfois plus vastes qu'ils n'y paraissent. Tout cela est accompagné par une musique lente et douce. Bref, c'est idéal pour se détendre après le boulot, ne penser à rien et s'envoler au milieu des nuages.