10 avril 2020

AI: The Somnium Files

Ce n'est pas souvent que je dépense 50€ pour un jeu. Mais, lors d'un weekend un peu calme, je me suis rendu compte que le créateur de la trilogie Zero Escape avait sorti un nouveau visual novel. Après avoir hésité environ 1 seconde, je m'y suis plongé, curieux de découvrir ce nouvel univers.

On ne réinvente pas une formule qui fonctionne et la recette est donc très proche de celle des épisodes de Zero Escape. Il s'agit toujours d'un jeu principalement narratif disposant d'une histoire avec de nombreux mystères et rebondissements. Attention, le jeu n'est pas traduit en français pour le moment et je ne sais pas s'il le sera un jour.

Sans grande surprise, le scénario est sans hésitation le point fort du jeu. Il est très prenant et j'ai eu beaucoup de mal à en décrocher durant la vingtaine d'heures qu'il m'a fallu pour en voir la fin. Comme d'habitude, l'histoire se divise en plusieurs embranchements qu'il faudra explorer pour tout comprendre, même si cet aspect est un peu moins présent dans ce jeu-ci.

La réalisation est très au-dessus des précédents jeux du même créateur. Il manque un peu d'animations par moment, ce qui est caché maladroitement par beaucoup de hors-champ. En revanche, les visages sont bien réalisés et l'interface est agréable à utiliser. Le jeu se paye le luxe de doubler la majorité des dialogues et la synchro labiale ne m'a pas paru mauvaise. Il y a beaucoup de petits effets de mise en scène plutôt sympa, notamment des plans sur plusieurs personnages dans une seule image qui trouvent leur justification au sein du jeu.

Concernant les séquences interactives, on peut dire au revoir aux "escape rooms". A la place, on obtient des scènes se déroulant dans les rêves de nos cibles et permettant de leur arracher des informations. Celles-ci sont plutôt réussies, car elles sont toujours originales et l'environnement dans lequel on évolue dépend de la personne avec laquelle on interagit. Bien qu'il faille trouver une solution à ces phases de jeux et qu'il y ai souvent plusieurs fins possibles, je ne sais pas si on peut les considérer comme des puzzles. Les règles du monde des rêves étant évidemment assez étranges, ce ne sont donc pas des énigmes à proprement parler et il faut plutôt tâtonner un peu au hasard pour progresser.

Bien que j'ai dit beaucoup de bien du scénario en début d'article, il me faut tout de même souligner quelques défauts. On doit notamment supporter quelques dialogues d'exposition un peu lourds ainsi que quelques clichés qui facilitent grandement la mise en place de twists, comme l'amnésie de notre avatar. Il y a aussi beaucoup de blagues très étranges et parfois un peu gênantes. Ainsi, dans le monde de The Somnium Files, tous les hommes sont des obsédés sexuels dont le regard est immanquablement attiré par les magazines pornographiques. Notre protagoniste est un véritable pervers qui peut très naturellement demander la taille de ses seins à une réceptionniste. Globalement, j'ai apprécié les dialogues et l'humour du jeu, mais on est parfois sur ce ton là, vous êtes prévenus.

Dernier problème, mais cette fois beaucoup plus subjectif, le jeu ne m'a pas époustouflé, je n'ai pas eu de "mind blown" après en avoir terminé. Objectivement, c'est un jeu excellent qui mérite largement des notes telles que 8 ou 9/10. Mais d'un autre côté, je n'ai pas retrouvé la même étincelle de génie que j'avais pu vivre dans Zero Escape. Le twist final m'a plus semblé être un "gimmick" astucieux qu'une explication réellement satisfaisante et je n'en suis pas sorti avec des sensations aussi fortes que ce que j'avais espéré.

Conclusion

Malgré mon dernier paragraphe, je recommande ce jeu, il est très bien réalisé et il a le mérite de repartir sur un univers et sur des personnages neufs, ce qui est une très bonne chose.

D'ailleurs, Kotaro Uchikoshi, le créateur de la série, s'est allié avec les créateurs de la série Danganronpa pour fonder un nouveau studio et j'ai vraiment hâte de voir ce qui va en sortir !

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.