22 janvier 2018

Hellblade: Senua’s sacrifice

Hellblade est un jeu d'action/aventure/horreur. Sa particularité principale est de nous mettre au commandes de Senua, une guerrière picte souffrant de psychose.

Celle-ci est donc en proie à de nombreux délires ainsi que des hallucinations auditives et visuelles. Comme si ça ne suffisait pas, elle a eu une enfance plutôt perturbante que l'on découvrira au fur et à mesure de l'aventure et qui l'a encore plus bouleversée. Seule lumière dans cette vie difficile : Dillion, un guerrier de son village dont elle est tombée amoureuse mais qui a été tué lors d'une invasion Viking. C'est pour lui qu'elle se rend dans le l'enfer Viking afin d'affronter les dieux et tenter de sauver l'âme de son bien aimé.

Concernant le jeu en lui même, j'ai un avis assez partagé. Pour commencer par le positif, l'ambiance est vraiment très bonne et c'est le principal atout de Hellblade. Les troubles mentaux de Senua sont l'une des particularités du jeu. On entends presque constamment des voix qui semblent venir de toutes les directions et il est fortement recommandé de jouer avec un casque pour profiter de l'effet. Celles-ci semblent chacune posséder une personnalité, certaines aident Senua et d'autres la découragent, se moquent, la tourmentent ou l'humilient. Senua est également terrifiée par l'obscurité et elle devra à plusieurs reprises lutter contre "l'ombre" dans des passages horrifiques.

Je tiens d'ailleurs à vous mettre en garde : Hellblade est un jeu très violent, que ce soit pour le visuel mais aussi pour la souffrance à laquelle on doit assister. Les scènes où Senua est confrontée à des crises de paniques sont très intenses, voir presque insoutenables. Je vous déconseille donc le jeu si vous pensez que cela peut vous gêner.

Les décors ne sont pas bien plus joyeux. Les cadavres sont omniprésents, souvent tués et exposés de façon brutale. Hellblade ne nous ménage pas et traite de sujets plutôt sombres comme la superstition religieuse, les troubles mentaux et le deuil. J'ai d'ailleurs apprécié le thème de la maladie mentale vue par les croyances et l'incompréhension de l'époque. Je ne sais pas si c'est une vision des choses réaliste mais en terme de narration ça fonctionne bien.

Graphiquement c'est plutôt réussi selon moi même si les textures sont parfois assez effrayantes de laideurs. En guise de cache misère, le visuel est surchargé par une bouillie d'effets plus où moins agréables. Heureusement, ça ne m'a pas trop dérangé car les décors sont très soignés et certains environnements sont vraiment mémorables.

Mais le meilleur est de loin la réalisation l’héroïne. La modélisation est superbe et les animations du visages sont fantastiques, parvenant parfaitement à communiquer les émotions lorsqu'elle souffre ou qu'elle est effrayée. A l'inverse, elle pourra parfois sembler absente, le regard perdu dans le vague.

Pour accompagner tout ça, on a le droit à des doublages très convaincants et des musiques excellentes qui collent bien à l'ambiance. Et comme je l'ai déjà écris, il est fortement recommandé de jouer avec un casque. Le jeu utilise des sons binauraux, qui permettent de produire un effet "3D" réussi, notamment pour les voix que l'on entends en permanence.

Malheureusement, si les meilleurs passages du jeux sont vraiment très bons, les pires passages ne sont vraiment pas terribles... C'est tout le problème de ce jeu qui nous met au commande d'un personnage vraiment unique mais qui ne parvient pas à proposer un gameplay suffisamment solide pour appuyer sa narration.

Ainsi, on est sans arrêt sorti de cette superbe ambiance par des phases qui ne sont pas du tout naturelles.  Elles tentent de coller avec l'idée de la psychose mais elles sont tellement lourdement délimitées que cela casse l'immersion. On est sur des rails et on a juste l'impression de passer d'un mini jeu à un autre.

¨Par exemple, lorsque l'écran devient sombre et que Senua tire son épée, on sait qu'on arrive dans le mini jeu "combat". C'est littéralement une arène, avec des ennemis qui apparaissent de nul part chacun leur tour. Ces affrontements sont plutôt plaisants d'ailleurs. On doit parer les attaques rapides, esquiver les attaques lentes, ouvrir la garde avec les attaques lourdes et déséquilibrer les ennemis qui ont un bouclier à l'aide du coup de pied. C'est simple mais ça fonctionne bien durant tout le jeu et les affrontements sont plutôt satisfaisants. Dommage qu'ils ne se renouvellent pas plus.

A d'autres moments, notre progression est bloquée par porte avec des symboles. Ah ! c'est le mini jeu "recherche dans le décors" ! Ici il faudra fouiller l'environnement pour trouver des éléments qui forment des runes précises. J'ai rapidement trouvé ça assez lourd personnellement. D'autant qu'on n'explorera jamais très loin car nous sommes vraiment dans des couloirs. Dans les passages en extérieur, on passe notre temps à nous cogner contre des murs invisibles pour chercher le bon chemin.

Durant ces phases de recherche, on pourra souvent écouter des audio logs "souvenirs". Je ne les ai pas trouvé très passionnants et qu'ils étaient plus agaçants qu'autre chose. Je crois que le jeu aurait été meilleur sans eux. Plus grave : les voix sont parfois utilisé comme une sorte de tuto, nous aidant lorsque le jeu considère que l'on est bloqué. "Tire ce levier", "Ouvre la porte", "Regarde en haut". J'aimerai dire que c'est un habile moyen de masquer des aides de jeux mais j'ai trouvé ça dérangeant. C'est encore un élément qui vient nous rappeler que nous sommes bel et bien dans un jeu. On ne vit pas une aventure, on exécute un programme et nous avons des déclencheurs à activer pour aller à la suite.

Il y a bien quelques passages qui changent un peu et quelques puzzles corrects mais globalement je n'ai pas été convaincu par le gameplay. On ne peut pas dire que ce soit mauvais mais ce n'est pas très intéressant non plus. Les meilleurs passages sont de loin les cinématiques jouables ou non et dès que l'on doit vraiment jouer, la tension retombe petit à petit.

Conclusion

Hellblade est une histoire vraiment prenante et originale dont le point fort est sans aucun doute le personnage de Senua.

Quel dommage que ça ne soit pas également un bon jeu... Le gameplay est prévisible et vient presque à chaque fois nuire à l'ambiance très intense qui a été installée.

Je le recommande tout de même si vous n'avez pas peur des jeux violents car Hellblade est suffisamment original pour mériter le coup d'oeil.

1 commentaire pour “Hellblade: Senua’s sacrifice

  1. Super graphismes, et je trouve intéressant que le personnage principale soit une femme, ca change un peu des gros bras ^^

Laisser un commentaire