21 septembre 2015

Life is Strange

Depuis que j'ai créé ce blog, j'ai tenté de respecter une règle simple : écrire seulement des reviews sur de jeux que j'ai terminé. Fatalement, cela veut dire que je publie assez peu d'articles et qu'ils sont rarement négatifs mais ce n'est pas le sujet du jour ! Aujourd'hui, je tenais à faire une exception et écrire sur Life is Strange avant que le cinquième et dernier épisode ne sorte.

En effet, j'ai beaucoup aimé cette "série". Chaque épisode a été meilleur que le précédent et nous nous trouvons désormais dans un moment unique puisque le dénouement est proche mais personne ne sait ce qui va se passer et beaucoup de mystères sont sur le point d'obtenir des réponses. La communauté est ainsi plus active que jamais, les fans analysent les moindres détails dans les décors pour tenter de trouver un indice sur la suite et les attentes pour le grand final sont énormes. Je voulais donc profiter de cette période un peu spéciale dans la vie d'un jeu pour écrire et faire un point sur ce qui nous a été offert jusque la, en espérant que la suite ne me déçoive pas.

Cette review sera garantie avec un minimum de spoilers (mis à part le contexte). Je vais surtout m'attacher à analyser les particularités du jeu et ce qui fait que la recette de Life is Strange fonctionne si bien.

Life is Strange : Max et Chloe sur les rails

Un peu de Telltale...

Il est difficile de ne pas comparer Life is Strange aux jeux de Telltale (The Walking Dead, A Wolf Among Us...). Ils sont en effet très similaires dans leur style et leur format : des jeux d'aventure à histoire interactive vendus par épisodes et comportant des choix difficiles. Pourtant, je pense que Dondnod, le développeur de Life is Strange, a parfaitement réussi à améliorer la formule de Telltale et à ne pas tomber dans les mêmes pièges.

Tout d'abord, les phases de gameplay inutiles tels que les infâmes QTE sont complètement absents. A la place, on a uniquement des dialogues, des petites énigmes et de l'exploration, mais nous reviendrons sur ce point un peu plus bas. L'autre point qui diverge avec les jeux TellTale, ce sont les choix et surtout la façon dont ils sont effectués. Au lieu de nous mettre en situation de pression et de nous laisser un temps limité pour choisir entre 2 options, Life is Strange (que nous appellerons désormais "LiS") nous laisse tout notre temps pour choisir. Mais cela va bien plus loin, car notre héroïne dispose du pouvoir de remonter dans le temps.

En plus d'être un élément scénaristique intéressant (à défaut d'être original), cela offre une mécanique très intéressante en terme de gameplay car cela nous permet de tester plusieurs options. Ainsi, il n'est pas possible de se dire "bon, tant pis, je ne voulais pas choisir ça mais je n'ai pas eu le temps". On ne joue pas dans l'urgence, tous les choix sont réfléchis et bien évidemment, ils sont rarement évidents. Peser le pour et le contre se révélera souvent un vrai casse tête et pouvoir prendre notre temps ne sera donc pas synonyme de choix plus facile, bien au contraire.

Life is Strange : Max Caulfield

Les choix

Mais si ces choix n’influençaient pas l'histoire et menaient tous au même résultats, ça ne servirait pas à grand chose. Heureusement, LiS est aussi très bon sur ce point et on a enfin l'impression de construire notre propre partie, différente de celle d'un autre joueur. On ne peut pas tout essayer en une seule partie car il n'est pas possible de remonter aussi loin que l'on le désire et certains choix influenceront l'aventure bien plus tard. Pour réussir cet effet sans chambouler toute l'histoire, Dontnod a eu la bonne idée de proposer beaucoup de choix qui n'ont un impact que sur des éléments secondaires.

Ainsi, il ne sera pas (ou très peu) possible de changer l'histoire dans son déroulement général mais on pourra l'influencer de façon subtile. Suivant nos actions, des personnages nous aimerons plus ou moins par exemple et proposeront des choix de dialogues différents. Suivant nos actions, certains personnages pourront aussi se trouver dans différents lieux suivant les parties, rendant certaines phases de jeux plus ou moins difficiles et certains pourront même mourir ou être sauvés.

Il est difficile de donner des exemples sans parler de l'histoire mais sachez que LiS propose une très bonne rejouabilité. Après avoir terminé The Wolf Among Us, j'avais eu envie de faire une nouvelle partie pour voir si je pourrais affecter différemment l'histoire. Ça a été une catastrophe et j'ai très vite arrêté l'expérience. En effet, l'illusion du choix s'effondre totalement lorsque l'on découvre tous les artifices utilisés pour nous mettre sur le bon chemin et le jeu perd toute sa magie. Pour LiS, j'ai fais deux nouvelles parties et ça été vraiment très agréable à chaque fois. Evidemment, on sait ce qu'il va se passer lorsque l'on y rejoue mais on peut avoir un réel impact et essayer des choses différentes pour voir ce qui va changer.

Life is Strange : Max et Chloe dans la décharge

Un peu de Gone Home...

Si les choix sont l'une des forces les plus évidentes du jeu, l'autre point fort du gameplay se est plus subtil et se trouve dans son environnement. Loin de nous proposer de simples couloirs, LiS nous propose des lieux très vastes et surtout très détaillés. On a donc la possibilité de visiter assez largement des lieux de vies et ainsi apprendre beaucoup de choses sur les personnages secondaires si on le désire. Le jeu ne nous obligera pas à le faire, mais on est souvent libre de se promener à notre guise et l'exploration des lieux facultatifs est très intéressante.

Du coup, je ne serais pas étonné que les développeurs se soient inspiré des bonnes idées de Gone Home, à savoir raconter des choses simplement en exploitant le décor. On peut donc tirer énormément d’informations en observant la décoration des différentes chambres : qui est soigneux, qui est bordélique... On peut lire les ardoises dans les couloirs des dortoirs ou les graffitis sur les murs des toilettes et apprendre qui est apprécié ou non. On peut consulter les ordinateurs de certaines personnes et avoir un aperçu des réseaux sociaux. La lecture des SMS est également très instructive et permet de découvrir certaines personnes autrement que par des conversations vocales.

Le niveau d'attention apporté aux détails est énorme et chaque objet a été placé avec soin. Parfois on peut interagir avec et entendre les commentaires de notre avatar, parfois ce sont simplement des éléments de décor mais ils sont tout aussi instructifs. Beaucoup d'objets et de dialogues ne sont pas utiles à l'histoire et sont juste la pour enrichir l'univers. En tous les cas, cela crée monde très crédible et surtout très vivant car les habitants ont une vrai personnalité. Les personnages deviennent d'autant plus attachants car on a l'impression de bien les connaitre, ce qui rend les choix encore plus difficile.

Life is Strange : Dortoirs des filles

Et à part ça

Je n'en ai pas terminé avec les éloges car LiS est pour l'instant proche du sans faute. L'histoire est très intéressante et surtout c'est une création originale, pas une énième exploitation de licence et c'est toujours rafraîchissant d'explorer quelque chose de nouveau. Les personnages sont intéressants et attachants, d'une part pour les raisons déjà évoquées plus haut mais aussi parce qu'ils ne sont pas manichéens et qu'ils ont tous plusieurs facettes.

Le thème principal est une histoire fantastique basée sur les voyages dans le temps, mais le contexte est intelligemment situé dans une école ou l'on dirige et côtoie des adolescents. Pour certains, ce sera l'occasion de ressentir une certaine proximité avec les personnages, pour d'autres comme moi (qui a dit "les vieux" ?), ce sera l'occasion de revivre des souvenirs nostalgiques. En tous les cas, tout le monde peut s'identifier d'une façon différente et il est certain que bien vite, ce ne sont plus les voyages dans le temps qui importent ni même le besoin de sauver le monde mais bien le sort de notre héroïne et de ses amis.

Pour terminer, abordons rapidement l'aspect technique du titre. Même si les graphismes ne sont pas très impressionnant, ils font très bien leur travail et disposent d'un style qui est propre au jeu. Je ne doute pas que l'aspect visuel vieillira très bien !
Les contrôles et l'interface sont excellent et très bien pensé, malgré quelques rares soucis pour sélectionner certains objets. Au niveau de l'audio c'est parfait : la musique est un gros coup de coeur pour moi et les doublages sont très bons.

Life is Strange : Vue du phare de Arcadia Bay

Conclusion

Une excellente surprise et clairement l'un de mes coups de cœurs de l'année.
Life is Strange nous propose un jeu original, rafraîchissant et bourré de bonnes idées.

J'espère que l'épisode 5 viendra confirmer ce qui est jusqu'ici un sans faute !

Laisser un commentaire