8 janvier 2016

Ori and the Blind Forest

J'ai eu du mal à le commencer celui-là car je l'ai acheté à un mauvais moment, mais il m'avait bien tapé dans l’œil. Par contre, une fois immergé dans cet univers, plus moyen d'en sortir !

J'en ai déjà parlé brièvement, car c'est pour moi le meilleur jeu de plates-formes de l'année, mais en voici quelques lignes supplémentaires :

Ori-and-the-blind-forest

Ori and The Blind Forest, c'est tout d'abord une claque visuelle. Je suis immédiatement tombé sous le charme dès les premières images du trailer : c'est superbe, très coloré et bien animé. Le personnage d'Ori est très mignon et les compagnons qu'il rencontre pourraient tout à fait sortir d'un film de Miyazaki. La musique est de la même trempe, c'est à dire fabuleuse et je ne peux qu'en recommander l'écoute.

Passons maintenant à l'essentiel : le gameplay. Le principe est assez classique, il s'agit d'un jeu de plateforme de type metroidvania assez linéaire. On doit donc progresser en évitant les monstres et les pièges, pour récupérer des clés et de nouveaux pouvoirs débloquant l'accès à de nouvelles zones. La maniabilité est parfaite et le design des niveaux est bien conçu. On retrouve la même mécanique que dans They Bleed Pixels, à savoir la possibilité de sauvegarder presque n'importe où. Cela permet donc d'éviter toute frustration malgré une difficulté relativement élevée.

L’intérêt d'un tel type de jeu dépend en partie des pouvoirs, et la aussi, c'est un sans faute, les pouvoirs récoltés ne sont pas très nombreux mais tous très utiles. On trouvera bien-sur les classiques "wall-jump", doubles sauts ainsi que d'autres pouvoirs permettant d'augmenter nos possibilités de mouvements. J'aimerai juste prendre quelques lignes pour détailler LE pouvoir le plus fun que j'ai pu obtenir dans un jeu de plates-formes et qui illustre bien toute la richesse que l'on peut apporter avec une mécanique simple :

Il s'agit d'une sorte de parade, que l'on peut lancer au moment ou notre personnage est sur le point de toucher un ennemi ou un projectile. Si on a appuyé au bon moment, un curseur apparaît nous permettant de propulser Ori dans la direction choisie. Cette capacité est vraiment géniale et augmente à elle toute seule l’intérêt du jeu.

Elle nous sert en effet de contre pour éviter les dégâts mais elle sert aussi de moyen de déplacement, nous permettant d'accéder à des zones bien plus haute. Elle peut être utiliser pour projeter un ennemi dans un piège mortel ou même de changer la trajectoire d'un tir. Elle sert aussi tout simplement à  foncer vers l'avant, pour gagner du temps dans un speed-run par exemple.

En conclusion

Ori and the Blind Forest ne révolutionnera pas le genre mais il propose une réalisation somptueuse, un univers intriguant, des pouvoirs intéressants et maniabilité parfaite.

On appréciera particulièrement le fait que le jeu n'est pas trop facile malgré son coté "mignon" et même les plus hardcore speedrunners pourront y trouver leur compte.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.