31 décembre 2014

Shelter

Je l'ai acheté en promotion, il avait de bons avis. Mais je n'aurais pas du y jouer, moi qui ne supporte pas de voir la mort de la mère de Bambi ou du cheval dans l'histoire sans fin... Il faut croire que c'est plus triste de voir des animaux mourir que des humains ! Ce fut donc un nouveau traumatisme quand j'ai perdu mon premier enfant dans Shelter.

Shelter (1)

Dans Shelter, vous dirigerez une maman blaireau devant guider ses 5 progénitures à la recherche de nourriture et d'un abris plus sûr. Tout commence comme une balade en forêt, les décors sont très jolis, il fait beau et il n'y a pas d'interface pour venir nous distraire.

Malheureusement, la nature est belle mais également cruelle et très vite les dangers se manifestent. Les blaireaux sont en effet des cibles de choix pour les oiseaux de proies et nous devons nous déplacer discrètement de cachette en cachette pour progresser. Les petits se montrent heureusement plutôt disciplinés, ils suivent leur maman de prêt, ce qui m'a permis de traverser la zone avec l'équipe au complet.

Chaque instant de répit est utilisé pour trouver de la nourriture, c'est fou ce que ça peut engloutir 5 enfants... Ils ne se gênent d'ailleurs pas pour se manifester dès qu'ils trouvent quelque chose qui les intéresse et qu'ils ne peuvent pas attraper tous seuls. Mais il faut prendre des forces, la nuit tombe et des prédateurs tout aussi redoutables que les rapaces nous guettent lorsqu'il fait sombre.

C'est à ce moment que j'ai perdu mon premier petit. Nous avancions très proches les uns des autres, cherchant une cachette pour la nuit. Soudain, un cri effrayant a retenti et les enfants ont paniqués en partant en courant. Je suis immédiatement parti à leur poursuite, ils n'étaient pas allé très loin. En regroupant tout le monde, j'ai constaté avec horreur qu'il n'y avait plus que 4 bébé blaireaux, le plus clair du groupe avait disparu. Je l'ai cherché, je l'ai appelé, mais seul la nuit m'a répondu.

Pourtant, il faut continuer et prendre soin des petits restants car bien d'autres dangers nous attendent...

En résumé

Shelter est une très bonne surprise. C'est court, beau et émouvant car on s'attache étrangement à cette famille de blaireaux et je n'ai pu m'empêcher de me sentir coupable à chaque fois que j'échouais à les protéger.

Ce n'est pas un jeu classique, c'est plus une sorte de promenade en forêt, mais j'ai réellement apprécié l'expérience.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.