19 mars 2014

Hommage à Dark Souls : la fin du jeu

A l'approche de la sortie de Dark Souls 2 sur PC, je me suis relancé un peu dans le premier épisode et j'adore toujours autant. J'ai ainsi eu envie d'écrire un article pour rendre hommage à ce superbe jeu. Je me suis donc posé pas mal de questions en rapport avec l'histoire et notamment sur la fin. Je préfère prévenir, ça risque d'être un peu décousu et ça va évidement spoiler beaucoup.

dark-souls-kiln

Introduction : Dark Souls, une narration unique

Dark Souls est un jeu unique par bien des aspects, mais l'un des plus marquant est sans doute la narration. Rien n'est vraiment expliqué clairement et les éléments de réponses sont disséminés un peu partout, à tel point que beaucoup de joueurs (dont moi) ont eu un sentiment de frustration après avoir vu la cinématique de fin. On peut même régulièrement lire sur les forums qu'il n'y pas d'histoire dans ce jeu.

Pourtant, l'univers de Dark Souls est d'une richesse incroyable mais c'est au joueur de creuser le découvrir car les informations ne viennent pas d'elles mêmes. Il faut lire, observer et recouper des indices pour commencer à reconstituer le puzzle. Comprendre le monde de Dark Souls s'apparente à un vrai travail d'archéologue et plus on fouille, plus on se rend compte de la profondeur qui s'y cache.
Les personnages que l'on rencontre possèdent eux aussi leur histoire et en leur parlant on se rend bien vite compte que pour une fois, le monde ne tourne pas autour de notre avatar. Certains acceptent de nous aider ou de discuter un peu tandis que d'autres nous ignorent. Ils mènent leur propre vie et ont leurs propres objectifs. Certains peuvent mourir sans que l'on puisse intervenir ou y assister tandis que d'autres peuvent nous mentir et certains ne vont pas se priver pour nous manipuler.

Quant à la fin du jeu, elle s'est probablement avérée été très frustrante pour de nombreux joueurs... Non, pas par rapport au fait qu'on à le droit à 10 misérables secondes de cinématique après avoir transpiré pendant 50 heures, mais à cause du fait que l'on obtient aucune explication. Pour comprendre et même apprécier la fin du jeu, il faut comprendre l'univers et l'histoire de Dark Souls. Je ne vais pas détailler ici car d'une part j'ai déjà beaucoup de choses à écrire pour cet article et d'autre part, certains l'ont déjà fait mieux que je ne pourrais le faire. Si vous désirez en savoir plus sur l'histoire et le background du jeu, je vous conseil ce très bon article en français : http://www.chroniques-ludiques.fr/dark-souls-analyse-et-explication-de-lhistoire-et-de-son-univers/

dark-souls- Hawkeye

La fin du jeu

On parle souvent de "bonne" et de "mauvaise" fin dans Dark Souls mais est-ce vraiment le cas ? ET si oui, laquelle est vraiment la bonne ?

Y a-t-il une bonne et une mauvaise fin ?

Dans la première fin, à savoir celle du sacrifice, le joueur choisi de raviver le feu afin de remplacer Gwyn à son poste, contribuant ainsi à maintenir l'équilibre actuel en place. On peut voir ça comme une bonne fin mais cela dépend pour qui. Pour le joueur en tout cas, je ne pense pas que ça soit un sort très envieux, il va rester seul dans une grotte à servir de combustible pour les prochains siècles à venir. Ceux qui nous ont manipulé en revanche, à savoir Gwendolyn et Frampt doivent être ravis, mais pour en arriver la, il aura fallu tuer de nombreux dieux et de nombreux héros.
On peut aussi se demander ce se passera par la suite : le monde continuera probablement à stagner tant que des remplaçant pourront être trouvé pour entretenir la flamme, jusqu'à ce que inévitable fin de l'âge du feu se produise.

La seconde fin est plus intéressante : le joueur éteint le feu et devient le "Dark Lord", amené à régner sur le monde. Un élément positif de cette fin est que ce monde dévasté va connaitre un nouveau départ. Malheureusement, lorsqu'on entend "Dark Lord" on ne pense pas vraiment à un happy ending. Dans cette fin là, tout les personnages puissants ont été tués et le personnage joueur va être amené à dicter sa volonté. La cinématique de fin est elle aussi très sombre et inquiétante, les serpents primordiaux sont visiblement aux ordres du nouveau roi, mais ce n'est pas ça qui devrait nous rassurer. De plus, l'âge des ténèbres ne devrait rien augurer de bon si on a visité ce qui reste des villes de New Lando et Oolacile.

Pour répondre à la question "quelle est la bonne et la mauvaise fin ?", je pense personnellement qu'il n'y a que des mauvaises fin. Le monde de Dark Souls n'est pas très joyeux, et la fin du jeu reste cohérent de ce point de vue la. On a simplement le choix entre la stagnation ou le changement vers un nouvel ordre qui ne laisse rien présager de bon.

dark-souls-new-londo

La musique du combat contre Gwyn, le seigneur des cendres

Abordons maintenant un élément troublant : la musique lors du combat contre le boss final.

Alors qu'on aurait pu s'attendre à un morceau épique, on a affaire à une mélodie triste et mélancolique jouée au piano. Beaucoup de joueurs ont trouvé la musique inappropriée et le combat trop facile, mais il s'avère que c'est parfaitement cohérent et que ce combat est une conclusion parfaite au jeu.

En effet, après la difficulté du jeu, on est en droit de s'attendre à un combat final épique contre un boss surpuissant. Mais ce n'est pas ce qui se passe, au lieu d'affronter un dieu légendaire, on se retrouve confronté à un vieux guerrier fatigué, il semble vide, ne nous parle même pas et nous attaque de façon mécanique.

Gwyn, le seigneur du feu dont on nous a tant chanté les louanges n'est désormais plus que le seigneur des cendres. On ne peut que ressentir un mélange de tristesse et de pitié envers ce personnage. Il a consacré sa vie pour entretenir la flamme et préserver le mode qu'il a créé et on l'affronte dans une grotte sombre située dans une ville isolée recouverte par les cendres, habité seulement par ses 5 derniers chevaliers.

Le monde ne veut plus de lui : certains veulent sa mort pour éteindre le feu et d'autres tels que son propre fils veulent le remplacer par un combustible neuf, à savoir notre personnage. La musique accompagne aussi la tristesse liée à la fin d'une époque, comme si Gwyn était résigné et savait que la fin d'un âge est sur le point d'arriver.

dark-souls-gwyn

Personne ne veut prendre sa place

Le combat final devrait également instaurer le doute dans la tête du joueur. Il est en effet très peu probable de rencontrer Kaathe lors de notre première partie et nous n'avons donc pas vraiment de raison de douter du but à atteindre. On doit sonner les cloches parce qu'on nous a dit que c'est ce qu'on devait faire, on tue les boss parce que c'est notre destin, et on va tuer Gwyn pour entretenir la flamme... parce que !

En tant qu'habitués du jeu vidéo, nous sommes tellement habitué à suivre bêtement les ordres et à nous laisser porter par un schéma si classique. On doit bien évidement tuer le boss de fin en déjouant les pièges qui se mettent sur notre chemin. On pourrait donc se demander si la musique si particulière de ce combat ne serait pas un indice donné au joueur ? Ce sentiment de décalage devrait nous mettre la puce à l'oreille : quelque chose cloche. Une fois le boss terrassé, on se retrouve seul face à une feu de camp et on ne se rend pas forcément compte que l'on dispose d'un choix à faire.
En effet, durant tout le jeu, on nous a conditionné à allumer systématiquement tous les feux que nous rencontrions et en trouver était d'ailleurs un véritable soulagement. C'est donc naturellement qu'après avoir vaincu Gwyn la première fois je me suis précipité vers le feu, constatant alors que je n'étais récompensé que par une courte et décevante cinématique.

Je pense donc que ce décalage dans le combat et la musique est là pour intriguer le joueur afin qu'il se demande si il ne se serait pas fait manipuler et si entretenir le feu est réellement la bonne décision. Vous êtes venu prendre la place de Gwyn, est-ce vraiment ce que vous désirez devenir ?

Ce qui m'amène à une autre question...

dark-souls-dark-ending

Notre personnage a-t-il conscience de ses actes ?

Les premiers pas dans Dark Souls sont toujours difficiles : on est perdu, on ne sait pas ou aller et se déplacer loin des feux représente une épreuve. Le moindre ennemi rencontré est un danger mortel, le vide est omniprésent et le moindre faux pas peut nous faire tomber. On se sent fragile, livré à nous même et tout ce que l'on peut faire c'est suivre notre instinct, avancer au hasard et faire confiance aux autres.

On a alors tendance à penser que notre avatar ressent la même chose que nous, mais est-ce vraiment le cas ?

Les serpents primordiaux

Au départ, notre personnage n'a aucune importance dans ce monde. C'est l'action de faire sonner les 2 cloches qui va lui permettre de prouver sa valeur et surtout d'attirer sur lui l'attention de Gwyndolin et de Frampt qui se serviront de lui pour tenter de maintenir le feu en place. On nous parle à plusieurs reprises dans le jeu d'un "Mort vivant élu" mais cette prophétie peut tout aussi bien être utilisée pour nous manipuler. Qui voudrait être élu pour brûler dans un feu pour le reste de sa vie ?

Kaathe nous explique que nous sommes bien élu mais pour au contraire éteindre le feu et ainsi participer au commencement d'un nouvel âge. Cela semble plus crédible mais si on a l'audace de rejeter son offre, il nous dit lui même que nous ne somme pas le premier et qu'il attendra quelqu'un d'autre. Il nous explique également que le pygmée est notre ancêtre. Mais il est visiblement l’ancêtre de tous les humains, donc ça ne fait pas de nous quelqu'un de spécial.

Il est donc assez probable que le personnage ne sache pas vraiment ce qu'il fait et sera alors manipulé par les différents protagonistes qu'il va rencontrer et c'est en tout cas ce qui se passe vraisemblablement si on choisit de raviver le feu. Si on choisi de laisser le feu s'éteindre en ayant rencontré Kaathe, on peut penser que notre personnage a choisi de faire confiance à ce dernier à la place.

dark-souls-frampt

Notre personnage sait-il ce qu'il fait ?

Malgré tout, il n'est pas impossible de penser que le personnage sait vraiment ce qu'il fait et dans ce cas l'histoire prend une tournure assez effrayante, car cela veut dire qu'on incarne un être avide de pouvoir et qui va tout faire pour prendre le contrôle du monde.

Notre personnage n'est pas un héros, il n'a pas de but noble car comme on l'a vu précédemment, il entame une quête dont toutes les issues sont mauvaises. Qu'il en soit conscient ou pas importe peu, car il va massacrer sans état d'âme un bon nombre de personnages importants et on peut dire qu'il vient bousculer un monde, certes dévasté, mais néanmoins paisible.

Lorsque je jouais à WoW, on plaisantait souvent dans les donjons : les "nobles quêtes" que l'on entreprend ressemblent en effet plus au massacre et au pillage de peuples n'ayant rien demandé à personne. Mais dans Dark Souls c'est un peu ce qu'on fait également, on progresse, et on se défend bien entendu mais bien souvent les boss ne font que protéger leur repère qui semblait tranquille avant notre arrivée.

A plusieurs moments dans le jeu, on peut clairement ressentir que nos actions sont néfastes et qu'il n'est pas impossible qu'on incarne en fait le "méchant" de l'histoire. La mort de Sif, le grand loup, fait parti de ces moments difficiles et de nombreux joueurs ont tenté de trouver des moyens pour terminer le jeu sans avoir à le tuer. Sif n'est pas une menace, il protège simplement la tombe de son ancien maître, un chevalier légendaire ayant donné sa vie pour le protéger. Lorsqu'il est proche de la mort, l'animation du loup change, ses oreilles sont baissées et il a du mal à se déplacer. J'avoue avoir un petit pincement au cœur à chaque fois que je dois l'achever.

dark-souls-sif

En conclusion

Au final, il est difficile de répondre à la question, notre personnage ne parlant pas (à part des oui/non) et on peut difficilement savoir ce qu'il pense. Malgré tout, quelque soit nos actions durant le jeu, la fin du jeu déclenchée dépendra uniquement de notre choix après avoir vaincu le boss final, il y a donc un nombre limité de possibilités :

Si l'on choisit de raviver la flamme, cela signifie que la volonté de Frampt et Gwendolyn a réussi, et notre personnage est un gentil naïf. Cela peut aussi vouloir dire que notre personnage comprend ce qui va lui arriver et fait alors preuve d'abnégation et se sacrifie pour maintenir l'équilibre actuel en place (en ayant massacré tout ce qui se trouvait sur son passage tout de même...). Il peut également penser que cette solution permettra de mettre fin à la malédiction des morts vivants, ce qui n'est pas absolument certain.

Dans la seconde fin, il y a là aussi plusieurs possibilités. Si il a rencontré Kaathe, il a cru à son discours et lui a fait confiance (solution la plus logique). Il est possible que le personnage ait fait ça de son plein gré, et cela veut dire qu'il avait alors une grande connaissance du monde auparavant. Autre possibilité, notre personnage était venu pour raviver la flamme et a eu des doutes au moment de passer à l'acte. Il décide alors de renoncer et se voit accueilli par les serpents primordiaux à sa grande surprise.

dark-souls-ash-lake

The end

Si vous avez tout lu, je vous remercie, et n'hésitez pas à réagir dans les commentaires :)

4 commentaires pour “Hommage à Dark Souls : la fin du jeu

  1. mayersz dit :

    Merci pour ces belles infos!

  2. Alucard dit :

    Merci pour ces infos très intéressantes. J'ai fini le jeu hier et j'étais un poil frustré. L'Expérience est à tenter pour les amateurs d'arpg.

  3. Parakacy dit :

    Je pense que tes raisonnement sont ceux qu'on voulu les développeurs car après plusieurs recherches tout le monde en viens a la conclusion de se faire manipuler pas ces 2 serpents.
    Moi je me demande si ils n'ont pas vécu avant les dragon et si ce n'est pas eux qui ont crées le feu.

  4. Skritz dit :

    C'est possible, en tout cas on manque d'informations pour en être sur. Le mot "primordial" laisse supposer qu'ils existent depuis le début, mais de quoi ?

    Malheureusement ils n'apparaissent pas Dark Souls 2, ce qui est un peu décevant et curieux pour des êtres apparemment immortels.

Laisser un commentaire