4 mars 2017

Layers of Fear

Layer of Fear est un jeu d'horreur qui nous propose d'incarner un peintre boitillant, se promenant dans une maison sinistre pour tenter de terminer son oeuvre. Evidemment ce dernier n'est pas forcément très sain d'esprit et chaque pas peut très vite prendre une tournure effrayante.

En soit, Layers of Fear n'invente pas grand chose : jump scares avec un bruit aigu, lumières qui s'éteignent, objets qui volent subitement... Tous les classiques sont là mais on peut dire que c'est très bien fichu et la mise en scène est redoutablement efficace.

Il y a tout de même un élément qui vient apporter un peu d'originalité à tout ça. Layer of Fear use et abuse de tricks façon "antichamber" à savoir : on se retourne et le décors a changé. Parfois, on se retrouve dans un lieu complètement différente. Plus souvent, de petites modifications subtiles viennent amener du piquant à l'ambiance. Des objets semblent par exemple bouger dès que l'on tourne la tête et on fini par se demander si c'est le jeu qui fait ça ou si on devient complètement parano. Du très bon !

Malheureusement, ce gimmick est un peu trop utilisé et fini par devenir prévisible au bout d'un moment. De plus, le jeu n'est au final qu'un Walking Simulator. Il n'y a pas réellement de danger et très peu d'énigmes. On aura donc simplement à traverser les couloirs et à franchir des portes tout en boitillant car notre personnage ne marche pas très bien en plus d'être mentalement "un peu" instable. On pourra également reconstituer petit à petit les morceaux de l'histoire pour souffler un peu entre deux scènes d'horreur.

Du coup, Layer of Fear me laisse un peu partagé. D'un coté le jeu est doté d'une bonne réalisation et fera plaisir à ceux qui aiment se faire peur et qui ne craignent pas les jump scares. Le rythme n'est pas cassé par des phases plus "jeu vidéo" comme des parties de cache-cache qui viennent gâcher un bon nombre de jeux d'horreur.

D'un autre coté, le game design est vraiment très moyen, on avance simplement en essayant de comprendre comment déclencher le script suivant. Le jeu utilise trop souvent les mêmes astuces et abuse un peu trop des sons stridents. Ce n'est pas ma tasse de thé et je préfère quand l'horreur est un peu plus psychologique. Malgré tout, je suis quand même allé jusqu'au bout, d'autant que le jeu ne dure pas plus de 3 heures.

Bonne surprise cependant : le jeu possède tout de même une certaine rejouabilité. Il y a des énigmes facultatives plus difficiles ainsi que plusieurs fins différentes. Je vous l'avoue, je ne suis pas allé au delà de la première fin, je n'avais pas réellement envie de recommencer.

Conclusion

Layer of Fear ne révolutionne pas le genre horreur et les habitués pourront peut-être le trouver ennuyeux. Cela reste un jeu très efficace avec une bonne mise en scène et beaucoup de bonnes idées.

Si vous cherchez un festival de Jump Scares, il fera parfaitement le boulot.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.