26 août 2011

Limbo


Réalisation

Ce qui impressionne le plus avec Limbo, c'est déjà sa réalisation époustouflante. Les graphismes ont une vrai identité (il suffit de voir les screenshots) et permet d'entrer immédiatement dans cet univers étrange et inquiétant. Les animations sont elles aussi superbes : le personnage principal est un peu atypique, c'est un jeune garçon et il parait plutôt faible, ne saute pas très haut, on ne se sent vraiment pas "puissant" mais au contraire très vulnérable. Les environnements et les ennemis au contraire paraissent très dangereux, on sent qu'on peut mourir à tout moment.

Mais le plus fort, c'est sans doute l'ambiance sonore. Les musiques sont inquiétantes et l’absence de son l'est encore plus. Les bruitages sont juste parfaits et on a très mal pour le personnage à chaque mort.

Mise en scène

La mise en scène est très travaillée : le jeu zoom et dé-zoom de façon assez discrète pour faire apparaître un monstre à notre poursuite, des sons nous préviennent d'un danger en approche... L'univers en lui même est difficile à définir, on commence dans une forêt, on se fait attaquer sans trop savoir pour quoi, il y a des pièges partout. On arrive ensuite dans des environnements plus urbains et on fini par sauter sur des engrenages gigantesques.

Autre détail : il n'y a pas le moindre texte, pas la moindre interface à l'écran, on est immergé 100% dans le jeu. D'ailleurs une partie des casses têtes consiste simplement à comprendre comment fonctionnent les objets qui nous entourent, ce qu'on attend de nous. En tout cas c'est un bonheur de ne pas se payer une phase de tutoriel avec écrit en gros "APPUYEZ SUR LA TOUCHE SAUT POUR SAUTER".

Gameplay

Le jeu n'est pas très difficile, mais il est assez exigeant : même si il ne demande pas de faire des choses très compliquées, il n'y a aucun droit à l'erreur. Une fois qu'on a compris ce qu'il faut faire il faut l'appliquer parfaitement. Les casses têtes sont très ingénieux et inventif, ça m'a souvent rappelé Braid : si vous pensez devoir faire un saut ultra difficile, c'est surement que vous n'avez pas trouvé l'astuce.

Le personnage meurt énormément, il est presque impossible d'éviter les pièges sans se les prendre au moins une fois. Encore une fois, grâce aux sons et aux graphismes, les morts paraissent vraiment cruelles et douloureuses, on a mal pour notre personnage.

Des défauts

Les jeux indépendants ont la fâcheuse tendance de ne jamais être parfait. Limbo ne fait pas exception, je l'ai trouvé un peu court (à peine 3 heures, même si il y a quelques secrets à trouver si on veut rallonger un peu la durée de vie) et surtout la partie histoire est inexistante. Certains adorent car ça permet d'imaginer toutes sortes d'explications mais moi j'ai trouvé ça très frustrant. On est dans un univers totalement génial, on se demande ou on est tombé, ce que l'on fait et pourquoi tout ces enfants veulent nous tuer... On n'en saura pas bien plus à la fin. Même si le titre (Limbo = les limbes) nous donne une petite idée de ce que pourrait être cet univers, j'aurais vraiment aimé avoir plus d'indices ou d'explications.

Malgré tout, ce jeu est un chef d’œuvre absolu, et j'ai vraiment adoré y jouer, je ne peux que vous le conseiller.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.