23 janvier 2017

The Music Machine

Pour tenter de commencer l'année sur de bonnes bases, j'ai décidé d'écrire un peu plus d'articles courts ! Aujourd'hui, je vous propose donc un petit jeu à l'aspect visuel plutôt intéressant : The Music Machine.

Dans un précédent article, j'avais brièvement parlé de Fingerbones, un jeu d'horreur à la première personne. The Music Machine a été créé par la même personne et reprend le même principe, à savoir un jeu sans jumpscare, simplement avec une ambiance et une histoire angoissantes.

En général j'arrive à me débrouiller pour les jeux en anglais mais là j'ai eu un peu de mal. Il n'y a pas des montagnes de textes mais certaines phrases m'ont posé problème et j'ai fini par décrocher. Au final, l'histoire n'est pas d'une énorme complexité mais étant donné qu'on apprend de nouveaux éléments au compte-gouttes, le scénario peut être difficile à suivre.

Les lieux traversés en revanche sont très intéressants et m'ont tous intrigués suffisamment pour que j'ai envie d'en faire le tour. En plus du level design oppressant, l'aspect visuel joue beaucoup dans l'installation de cette ambiance étouffante. Les graphismes comportent uniquement 2 couleurs : le noir et une autre couleur qui change suivant les niveaux. Il n'y a pas de nuance et les ombres représentent donc des zones d'obscurité totale.

The Music Machine ne propose pas réellement d'énigmes si ce n'est trouver certains objets et parfois devoir comprendre sur quels boutons appuyer. Rien de bien compliqué et l'intérêt se trouve uniquement dans l'exploration et la contemplation des lieux. Une balade d'environ 1 heures et demi pour moi. A noter qu'il y a plusieurs fins car on peut mourir à un moment, ce qui m'est arrivé car j'ai été un peu trop curieux et je voulais voir ce qui se passait lorsqu'on interagissait avec... quelque chose (pas de spoil !).

Conclusion

Un petit jeu pas très cher, plus abouti que les précédents de son créateur, en particulier sur la réalisation.

Rien d'inoubliable non plus mais si l'idée de vous promener pendant 1 heure et demi dans des environnements en 2 couleurs vous plait, n'hésitez pas. Pour ce qui est d'arriver à comprendre l'histoire, mieux vaut avoir un niveau d'anglais plutôt correct.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.